Un Éden au cœur de l'Océan

 

     Comment qualifier ce petit caillou perdu dans les tropiques ? Tout d'abord je vais tenter de répondre à quelques préjugés métropolitains:

-Nous vivons pour la plupart dans des villes, et non des villages.

-Nous somme un département français avec ce que cela entraine (même président, même monnaie, etc...)

-Nous avons l'électricité et même internet !

     Plus sérieusement la Réunion est une île volcanique se trouvant dans l'Océan indien, entre Madagascar et l'île Maurice. La superficie est réduite (environ 75km par 55km) mais la diversité des paysages est stupéfiante. On passe du lagon à la savane tout en apercevant le faciès lunaire du piton de la fournaise ou les forêts de bois primaires. Au niveau climatique la variété est également impressionnante, si la côte Est est très humide (record de pluviométrie mondiaux), la côte Ouest connait quand à elle la sécheresse quasi-permanente. Cela est dû aux hauteurs, en effet le point culminant (le piton des neiges) dépasse les 3000m, les nuages se trouvant ainsi piégés à l'Est (je précise que les vents porteurs de pluies, les alizés, vont d'Est en Ouest).

 

     Mais penchons nous plutôt sur ce qui concerne le site: la faune. La Réunion étant une île on observe un fort taux d'endémisme, comme le Phelsuma inexpectata ou le Papilio phorbanta qui sont deux joyaux de la création. Malheureusement la Réunion étant une île, on observe fort peu de variété...les Mammifères ne sont représentés que par quelques musaraignes, les Oiseaux par quelques passereaux et les Reptiles par quelques lézards. Pour voir les Insectes il faut se concentrer sur les minuscules petites bêtes. Bien sur c'est une description exagérée, mais pas tant que ça.

     Malgré cela on peut admirer des animaux magnifiques tel que le Furcifer pardalis ou la Nephila inaurata et les panoramas sont tout simplement splendides, bien sur les amateurs de flore trouverons aisément leur compte.

 

     Voyons maintenant les photos au cas par cas. Pour commencer je propose la classe des Reptiles. La grande majorité de ces êtres écailleux est représentée par les Sauriens. En effet dans les maisons cohabitent plus ou moins facilement trois espèce de Geckonidae: Gehyra mutilata, Hemiphyllodactylus typus et Hemidactylus frenatus dont voici un accouplement:

(3055)

     

     À l'extérieur il arrive fréquemment que l'on tombe sur un Hemidactylus mabouia:

(3260)

      Pour clore le chapitre gecko, je vous laisse admirer les merveilles que sont les Phelsuma ! En photo je n'ai que le Phelsuma inexpectata, gecko vert de Manapany, endémique de la Réunion, mais sur l'île on trouve également P. borbonica (endémique), P. madagascariensis, P. laticauda, P. lineata, P. cepediana et P. astriata depuis peu.

(3193)

 (7439)

 

 

(7462)

     Chez les lézards nous avons également le Calotes versicolor, originaire d'Inde, que l'on retrouve très fréquemment sur toute l'île. Il est néanmoins très rapide et assez farouche.

(7212)

     Un autre représentant des Agamidae est apparu sur l'île en 2004: Agama agama. Étant plus imposant que l'espèce précédente, son territoire s'agrandit au détriment du Calotes.

     Le dernier lézard, et non des moindres, est le magnifique Furcifer pardalis, également baptisé caméléon panthère ou "endormi". Le dimorphisme sexuel (différence mâle/femelle) est très important, si le mâle est vert à tendance bleue, la femelle, plus petite, est rouge et noire. Comme chacun sait le caméléon a, entre autre, trois particularités notables:

-il change de couleur suivant son humeur.

-il possède une langue faisant la taille de son corps.

-ses yeux bougent indépendamment.

     Voici donc un mâle:

(2701)

 (7578)

 

      Et une femelle:

(7093)

     Et voici le phénomène de mue chez le lézard, on voit bien qu'il perd son ancienne peau par morceaux:

(3157)

 

      Comme Reptiles terrestres on peut trouver une petite couleuvre, la couleuvre loup (Lycodon aulicus) et un serpent-ver-de-terre, le Ramphotyphlops braminus. Par jour de chance on peut croiser des tortues marines, mais les espèces précédemment citées sont les seuls Reptiles que l'on peut observer à la Réunion.

 

     On continue avec les Amphibiens. Il n'y a en tout et pour tout que deux espèce différentes, toutes deux appartenant au taxon des Anoures (sans queue) et toutes deux introduites. Voici pour commencer le crapaud guttural (Bufo gutturalis):

(7433)

     Et la petite grenouille (Ptychadena mascareniensis), originaire de Madagascar:

(7528)

 

 

     Pour rester dans les Vertébrés on s'attaque maintenant aux Oiseaux. Tout d'abord l'oiseau blanc (Zosterops borbonica), très commun sur toute l'île, grégaire et assez curieux. On reconnait très facilement son petit piaillement.

(7049)

 (7158)

 

 

     Très commun également mais considérée comme espèce exotique ravageuse: le bulbul orphée (Pycnonotus jocosus). On reconnait sa houppette, ses tâches rouges ainsi que son chant fluté.

(7220)

 (7414)

 

     Dans les chants agréables on peut parler du martin triste (Acridotheres tristis). Il était souvent attrapé et mis en cage pour ses vocalises. En effet éduqué il pouvait répéter certains mots simples.

(7039)

     Voici le tec-tec, baptisé ainsi à cause de son chant, faisant des "tec tec". Ici un mâle.

(7083)

 

     Enfin l'oiseau la vierge (Terpsiphone bourbonnensis) présent dans les forêts. Endémique de la Réunion ce petit volatile curieux accompagne volontiers les randonneurs.

(2921)

 

 

     Voici maintenant les Arthropodes, en commençant par les Arachnides.  L'araignée qui terrorise les réunionnais: la terrible babouk (Heteropoda venatoria). Loin d'être dangereuse elle n'en demeure pas moins impressionnante avec ses dix cm de diamètre et sa grande rapidité ! Je vous laisse juger:

 (3350)

 (3367)

     On croise fréquemment diverses petites bêtes à huit pattes assez coloré, comme celle ci:

(7613)

     De toutes petites araignées sauteuses, qui ne se laissent pas marcher sur les pattes, parcourent régulièrement nos maisons:

(2738)

 

     Et le meilleur pour la fin: les néphiles (Nephila sp.). Les femelles sont assez imposantes et fabriquent des toiles si résistantes qu'elles peuvent retenir un oiseau un moment (l'armée américaine fait même des recherches pour un nouveau gilet pare-balle). Le dimorphisme sexuel est très important, le mâle, minuscule, est situé de l'autre cotés de la toile. Ici deux espèces sont prises en photo: Nephila nigra ainsi que Nephila inaurata.

(2891) (Le mâle est juste en haut de la femelle)

(6999)

 (7073)

 

     La nuit tombé, d'étranges créatures se réveillent. Silencieuses elles s'immiscent partout.Aucun danger cependant puisqu'il s'agit des iules. Si ces Myriapodes se sentent agressés, ils se roulent en boule et excrètent une substance malodorante. Chez certaines espèces (vues dans le Sud métropolitain)un peu plus grandes, si elles sont attrapées elles se contorsionnent violemment, ce qui donne l'impression d'une légère morsure. Certaines espèce atteignent même les 30cm ! En tout cas toutes sont pacifiques et détritivores.

(3029)

     Passons maintenant aux insectes. On recense à la Réunion quelques 1600 espèces de Lépidoptères (papillons)...ne vous en faites pas, je ne vous présenterais qu'un petit échantillon ! Certains ne sont malheureusement pas présent, comme le magnifique Papilio phorbanta. On commence par les lycènes, petits papillons dont le dessus des ailes est bleuté. Ici le Lampides boeticus ou l'on voit bien les ailes intérieures et extérieures.

(7597)

     Comme on peut le voir, certaines espèces possèdent des ocelles suivies de queue, qui servent à détourner l'attention des prédateurs. Le papillon perd un précieux attribut mais garde la vie sauve ! Voici donc un Leptotes pirithous en temps normal, suivit d'un individu qui a réussit à duper un chasseur.

(6997)

(7397)

     

     Et voici à quoi ressemble un accouplement.

(2618)

     Et une dernière espèce de lycène:

(3252)

 

 

Welcome

Recent Photos

Newest Members